Louise : bricolage de Noël

Accueil > Social > Louise : bricolage de Noël

Cette année, nous n’aurons pas de « petit bricolage de Noël ».

La maîtresse me l’a dit hier matin. Elle était gênée, s’est presque excusée. Pas de bricolage-collage-coloriage pataud pour décorer le sapin. Elles ont essayé, mais c’était trop compliqué pour Louise, ses petites mains encore si peu coordonnées, sa patience pas du tout développée et son attention absolument pas fixée.

Pas de bricolage ? ça ne fait rien ?

Cette année, donc, nous n’aurons pas de petit bricolage de Noël. Et ça n’est pas grave.

Je lui ai dit, à la maîtresse, d’ailleurs: « Ça ne fait rien ». Je le pense, vraiment. On ne met pas son enfant à l’école pour se voir ramener des petits bricolage de Noël, n’est-ce pas ? D’autant qu’une fois passé le ravissement de la première « main trempée dans de la peinture de couleur et décorée de son prénom », on ne sait plus quoi en faire, on les laisse prendre la poussière, on les empile dans des caisses en carton qui partiront au grenier, attendant d’être découvertes par… qui sait, l’enfant pour ses 18 ans, ses copains pour la vidéo rigolote des 20 ans avec la photo de lui sur le pot, ou bien nos petits-enfants qui rigoleront de la maladresse artistique de leur papa/maman en maternelle.

Cette année, nous n’aurons pas de petit bricolage de Noël, et ça n’est pas grave, parce que l’essentiel est que Louise, avec ou malgré son handicap, se soit fait sa petite place au sein de l’école maternelle durant ce premier trimestre si symbolique.

Je le sais et je me le répète, pourtant sur le chemin de retour de l’école, après cette annonce, c’est étrange, j’avais comme des petits flocons de neige qui me piquaient les yeux alors qu’il n’a pas neigé depuis plus d’un an, ou bien était-ce déjà le retour des allergies au pollen, si tôt avant le printemps, foutu réchauffement climatique qui fait larmoyer les mamans alors que ce n’est pas du tout le moment...?

Cette année, nous n’aurons pas de petit bricolage de Noël et c’est le jeu, quand on a un enfant différent.

Cette année, nous n’avons pas noté à la réunion de rentrée « le programme de l’année » ni les objectifs de l’Education nationale car Louise suit son programme perso, toute occupée qu’elle est à ne jamais faire comme les autres.  

Louise11

Se rappeler des objectifs que l'on s'est fixé

Cette année, l’enjeu était de voir si l’école allait plaire à Louise, et si Louise allait plaire à l’école. Cette année, nous avons déjà eu trois mois pleins pour voir notre « bébé » prendre son envol, s’assurer dans la marche pour arriver à suivre ses petits camarades.

Cette année, nous l’avons menée chaque matin à l’école, la tenant de moins en moins par la main jusqu’à marcher quelques pas derrière elle, observant chaque fois son immense sourire d’arriver dans les longs couloirs qu’elle connaît maintenant par cœur.

Cette année, nous entendons chaque jour sur notre passage « oh, c’est Louise ! coucou, Louise, à demain, Louise ! » de la part de gamins dont nous ne retenons pas forcément les visages, mais qui eux, la connaissent visiblement très bien. Cette année, Louise nous démontre que même si elle est 15 à 20 pas derrière le peloton des autres, elle a envie de les suivre et d’avancer, et elle avance.

Savourer les progrès

Cette année, nous n’aurons pas de petit bricolage à Noël mais nous avons une fille qui, sa trisomie 21 dans son cartable, fait des journées « normales » en petite section de maternelle, va au centre de loisirs le mercredi après-midi; et un soir sur deux, ne montre aucune envie particulière de rentrer à la maison quand Maman ou Papa vient la chercher, parce qu’elle est en train de danser, faire des percussions ou chercher à jouer à chat avec une copine de « chez les moyens » ou « chez les grands ».
Cette année, à Noël, nous aurons une enfant porteuse de handicap qui va à l’école ordinaire et qui en a l’air tout à fait heureuse.

Le petit bricolage de Noël "spécial Louise"

« Le petit bricolage de Noël », Louise le construit toute l’année, son joli petit collage à elle, moins droit que celui de ses camarades, rapiécé, avec des couleurs en plus par-ci, d’autres en moins par-là. Mais son bricolage, bien à elle, que nous, ses parents, aidons à scotcher, fixer, renforcer.

Cette année, à Noël, nous n’aurons pas le même cadeau que les autres parents de l’école. Et ça sera toujours comme ça.
Mais décidément, ça n’est pas grave.

Louise9

Auteur

Rémy Doc et Caroline Boudet sont les parents de Paul et de Louise.

A la naissance de Louise, ils ont découvert qu'elle avait une trisomie 21. Après le choc de l'annonce, ils se sont engagés dans un combat pour permettre à Louise et à tous les enfants porteurs d'une trisomie 21 de vivre au milieu des autres.

Caroline Boudet est l'auteur de "Juste un peu de temps" aux Editions Stock.
Tous les deux ont créé une page FaceBook Extra Louise et animent une association Extra Louise.
Ils ont accepté que nous partagions leurs acrticles  sur ce blog.

C'est donc le quatrième article partagé après Louise, je ne savais pas , Louise, la nécessaire résilience,  Une rentrée des classes pour Louise

2018-12-23T15:51:44+00:00 23 décembre 2018|Social|0 commentaire

Laisser un commentaire